Chroniques

La nuit nous grandissons – Ben Brooks

Chronique image

La nuit nous grandissonsLa nuit nous grandissons 
Ben Brooks
2016
Anne Carrière
La Belle Colère
Roman d’initiation

Résumé:
Jasper James Wolf est âgé de dix-sept ans et a une peur incommensurable de grandir. Alors que sa maman établit planning sur planning pour le promettre à un grand avenir, le jeune homme refuse la vie rangée qu’on lui prédit. Entre fêtes déjantées, pulsions sexuelles, quantités d’alcool et de drogue pantagruéliques, la frénésie de vie de Jasper semble ne pas avoir de limites. Mais derrière les aigreurs et les écarts, se cache surtout la fragilité et le mal-être d’un garçon égaré, qui dissimule sa détresse derrière des excès d’adulte. Pourtant, malgré les moments d’errance, l’adonis prend la plume pour échapper à ce quotidien futile.

« – Je serais écrivain, je vais gagner des prix et m’acheter une baraque sur la Costa del Sol. Je dormirais toute la journée et je baiserais toute la nuit. »
Jonah se marre.
– Je pourrai venir te voir ?
– Oui, je réponds. Évidemment. »

Impressions:
Je tiens tout d’abord à adresser mes remerciements aux représentants de La Belle Colère et en particulier à Fanny pour sa réactivité. J’ai découvert cette nouveauté en parcourant mes actualités Instagram, et je dois reconnaître que j’ai de suite été intriguée par le titre, mystérieux et évocateur.

J’ai été très surprise en apprenant que Ben Brooks, écrivain d’origine britannique, était encore adolescent lors de l’écriture de ce roman. Si l’écriture est simple, les mots sont bruts, la plume acérée et crue. Ben Brooks choisit de décrire parfois avec dureté le quotidien et la réalité de l’adolescence du 21ème siècle, mais toujours avec cynisme et recul.

Si les romans Young Adult à propos de l’adolescence reposant sur un antihéros se font de plus en  plus nombreux, Jasper est loin d’être un antihéros banal. J’ai d’ailleurs peiné à m’attacher à ce personnage parfois trop éloigné de ceux que je peux croiser dans mon quotidien. Cependant, j’ai beaucoup appréciée Tenaya qui est à la fois douce et protectrice. Altruiste, elle désire être un pilier pour son ami, et c’est sans aucun doute la personnalité que j’ai préféré dans La nuit nous grandissons.

J’ai parfois été gênée par le manque d’action, car Ben Brooks ne crée pas son roman autour d’une intrigue, mais bien autour de la vie d’un adolescent lamba. Il n’y a donc ni rebondissements ni péripéties spectaculaires, mais c’est également ce qui différencie ce livre et qui permettra sans doute à beaucoup de se retrouver dans ses lignes.

J’ai cependant été fascinée par les descriptions des comportements déviants, dont la précision et la cruauté m’ont bouleversée. Ces errances, m’apparaissent au terme de ma lecture plutôt comme un signe d’impuissance qu’un signe d’insouciance.

Je pense que ce roman est destiné à un public plutôt adulte ou à une jeunesse au sortir de l’adolescence, car certaines scènes peuvent choquer et atteindre la sensibilité de certains. Je ressors avec un avis mitigé de cette lecture, principalement parce que je ne me suis pas reconnue dans cette description de l’adolescence britannique.  Mais je ne peux nier que La nuit nous grandissons est un roman à part, qui mérite d’être découvert pour son originalité.

<< Je suis Holden Caulfield dans L’Attrape-Coeurs, mais en moins irresponsable et en beaucoup plus beau. >>

4 Comments

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *