Chroniques

Les compagnons de la cigogne : Le lac des damnés de Sophie Humann

Chronique image

les-compagnons-de-la-cigogneLes compagnons de la cigogne, tome 1 : Le lac des damnés 
Sophie Humann
2016
Gulf Stream Editeur
Jeunesse, Historique, Aventure
219 pages

Résumé:
En plein sauvetage d’un cigogneau au bord de l’Ill, Gaspard, étudiant strasbourgeois au Collège Royal, rencontre le batelier Basile. En quête d’aventure, les deux garçons se mettent à la recherche du mystérieux lac caché sous les fondations de la cathédrale, censé abriter les morts errants pour l’éternité… Si les enfants ne croient pas réellement à la légende, une inquiétante vieille dame semble pourtant déterminée à leur mettre des bâtons dans les roues. Lorsque la petite sœur de Basile, Margot, disparaît en pleine nuit, les Strasbourgeois réalisent que le danger pourrait être bien plus grand qu’ils ne l’avaient imaginé…

« Le fossé fumant à l’eau sacrée te conduira
Mais si tu ouvres les yeux, maudit tu seras  »

Impressions:
J’ai eu la chance de découvrir ce roman dans ma ville au printemps dernier,  lors d’une rencontre organisée par la maison d’édition au café Bistrot et Chocolat en présence de l’auteur. C’est pourquoi, je tiens du fond du cœur à remercier les éditions Gulf Stream pour leur invitation mais également Sophie Humann pour sa gentillesse, ses conseils et surtout ses explications.

L’intrigue débute aux bords de l’Ill mais convie le lecteur à un réel voyage dans la capitale Alsacienne. J’ai été très impressionnée par la connaissance géographique de Sophie Humann qui réussit à décrire avec précision les rues et leur agencement d’époque.  Plus que tout, l’écrivain réussit à transmettre l’information avec subtilité, en créant une oeuvre didactique et abordable dès l’enfance.

Les trois héros, malgré leur jeunesse évidente, sont des personnages étonnamment courageux et intrépides. Pour autant, Sophie Humann présente dans le premier tome des compagnons de la cigogne des protagonistes crédibles, reconnaissant leur inconscience mais surtout leurs bêtises. Les enfants, généreux et dévoués, sont surtout de grands curieux, en quête de savoir et d’expérience.

J’ai été très surprise par l’enchaînement constant des péripéties, qui ne laissent aucune place à l’ennui. Si ce roman était annoncé comme un roman d’aventure, je m’attendais à quelques phases de ralentissement de l’intrigue en tant qu’adulte lisant un roman destiné à la jeunesse. L’écrivain réussit pourtant à maintenir le suspens et la curiosité du lecteur jusqu’au dénouement du roman.

Au delà de la seule action, Sophie Humann réussit à créer un univers inquiétant, proche du fantastique dans sa définition originelle. Désorienté, le lecteur peine à démêler le réel de la légende et évolue entre les mystères qui s’accumulent.

Un roman jeunesse d’exception, alliant historique et aventure avec brio !

« Nous nous sommes hissés dans la fragile architecture, sans trop regarder par les larges échancrures de vide. Derrière nous, les grondements s’étaient rapprochés jusqu’aux portes de la ville. J’entendais le souffle régulier du batelier. Plus que deux ou trois mètres. Soudain, un éclair a zébré le ciel d’encre, juste au-dessus de la flèche.  »

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *