Chroniques

William Clarck, mission 1 de Guillaume Benech

Chronique image

william clarck guillaume benech imageWilliam Clarck, Mission 1: L’éminence bleue
Guillaume Benech
Septembre 2016
Michel Lafon
Jeunesse, Espionnage
239 pages

Résumé:
Hacker de génie, William Clarck utilise ses compétences informatiques pour s’infiltrer discrètement dans son établissement et récupérer les objets confisqués de ses camarades. Mais le collégien est surpris en flagrant délit et conduit au commissariat de la ville voisine. De retour à son domicile, il découvre sa maison ravagée, et le cadavre de sa mère éventré. Alors que son père et lui prennent la fuite, celui-ci lui apprend qu’il est un agent secret désormais démasqué et qu’ils sont en danger. Mais William n’a qu’une idée en tête, se venger…

« Internet, c’est comme un iceberg. Il y a la partie émergée, qui permet d’accéder à tous les sites que nous connaissons, à tous les réseaux sociaux que nous utilisons, tous les moteurs de recherche qui offrent aux utilisateurs un accès direct aux sites référencés. Mais il existe une seconde partie de l’iceberg, le bloc immergé. Le Web profond. Là où se cachent tous les sites que nous ne sommes pas censés visiter. Un endroit où l’illégalité règne, où trouver un tueur à gages, un kilo de cocaïne, une nouvelle identité, le tout en quelques minutes. Une facette d’Internet dont très peu de personnes ont connaissance, et qui n’est accessible que par certains logiciels. Une facette d’Internet extrêmement dangereuse, où il est fréquent de choper un virus et de détruire son ordinateur en quelques secondes. Une facette d’Internet que les criminels, les tueurs, les violeurs et les pédophiles utilisent de manière régulière pour trouver leurs nouvelles victimes. Une facette extrêmement surveillée par les gouvernements du monde entier. »


Impressions:
Je crois que mon admiration pour Guillaume Benech n’est aujourd’hui plus à démontrer. Aussi, me suis-je précipitée en librairie en septembre dernier avec la crainte néanmoins de découvrir un roman jeunesse destiné à un public bien plus jeune que moi. Belle surprise avec L’éminence Bleue, qui s’inscrit dans mes coups de coeur de l’année 2016.

Dès les premières pages, le lecteur est happé par le drame qui frappe le jeune collégien. Catapultés au coeur de l’action, héros et lecteur se retrouvent confrontés à l’atrocité, avec la farouche volonté de comprendre, de trouver une raison légitime à l’homicide commis.

De part l’horreur à laquelle est confronté William, le lecteur ressent de suite de l’empathie pour ce personnage à l’humour acerbe, parfois tendre, toujours altruiste, mais surtout incroyablement courageux. Pourtant, ce sont ses compétences et capacités hors normes qui ont forgé mon admiration pour le jeune protagoniste.

Si je me suis moins identifiée à son alliée Zoé, j’ai appréciée la relation que pouvaient entretenir les deux adolescents. Néanmoins, je dois reconnaître que j’avais anticipé l’évolution de celle-ci. J’ai pu éprouver de l’affection pour les différents adjuvants qui apparaissent et accompagnent William tout au long du roman, et j’espère pouvoir les retrouver dans le second tome.

L’écriture de Guillaume Benech est accessible, particulièrement imagée et métaphorique. Ce sont ses phrases, courtes, succinctes qui permettent à l’action d’être omniprésente, au lecteur d’être toujours captivé. Pourtant, la poésie subsiste, habilement affiliée à la simplicité du texte.

De par sa connaissance des nouvelles technologies, Guillaume Benech parvient à construire une intrigue et des rebondissements crédibles et à transmettre son savoir dans une oeuvre qui se veut didactique. L’écrivain réussit à traduire les termes électroniques dans un langage compréhensible et accessible à tous, permettant même aux plus jeunes d’entrevoir la complexité du monde informatique.

De plus, j’ai été agréablement surprise par la connaissance géographique de la capitale anglaise et de ses différents lieux.

L’éminence bleue, c’est un condensé d’action, de mésaventures et de péripéties plus inattendues les unes que les autres. L’auteur a su, plus que me surprendre, me désarçonner et me dérouter. Le cliffhanger final m’a d’ailleurs complètement désemparée et je sens que l’attente jusqu’à la parution du second tome va être interminable.

Le premier roman d’un écrivain de talent, où les rebondissements et l’intrigue vous tiendront en haleine jusqu’au dénouement. 

« C’était absolument immense. Je crois n’avoir jamais vu autant de livres de ma vie…. Les rayonnages étaient remplis à ras bord d’ouvrages, récents comme plus anciens. Je n’en revenais pas. La bibliothèque était divisée en diverses salles, sur plusieurs étages, chacune étant réservée à un secteur particulier. Tout autour des tables de lecture, des livres s’empilaient sur des mètres de hauteur.  Pour s’y retrouver, ça allait être compliqué! »

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *