Chroniques

Harry Potter and the Cursed Child de Jack Thorne

Chronique image

harry-potter-and-the-cursed-child-imageHarry Potter and The Cursed Child 
Jack Thorne 
31 Juillet 2016
VO
Little, Brown and Company
Fantastique

Résumé:
Dix neuf-ans après la bataille finale, Harry et Ginny conduisent leurs trois enfants sur le quai 9 3/4 à destination de Poudlard. Si James & Lili sont très complices avec leurs parents, Albus Serverus Potter semble renfermé, presque rancunier envers son père. Alors, lorsqu’il apprend que le papa du défunt Cédric Diggory entend mettre la main sur le dernier retourneur de temps encore existant pour le ramener à la vie, celui-ci décide de l’aider pour faire justice. Malheureusement, il oublie que modifier le temps a d’importantes conséquences qui pourraient bien mettre en péril la paix…

« Harry, there is never a perfect answer in this messy emotional world. Perfection is beyond the reach of humankind, beyond the reach of magic. In every shining moment of happiness is that drop of poison: the knowledge that pain will come again. Be honest to those you love, show your pain. To suffer is as human as to breathe.  »

Impressions: 
Je crois que je me suis opposée à la sortie de ce roman dès l’annonce de sa parution. Lorsque le dernier Harry Potter est sorti au cinéma, j’étais encore collégienne et j’ai eu beaucoup de mal à accepter que mon histoire chérie se terminait. Je considérais cela comme la fin de mon enfance, et je dois reconnaître que j’ai passé tout l’été suivant sur des forums RPG. J’ai de suite eu le coup de coeur pour Albus et j’ai choisi à maintes reprises d’incarner ce personnage. Pour autant, je n’ai jamais souhaité que J.K.Rowling écrive un nouveau tome ou une suite à la saga, car je considérais que l’intrigue prenait fin avec la bataille finale. Pour autant, j’attendais la première de la pièce de théâtre et du script pour juger cette nouvelle oeuvre.

J’ai donc reçu mon exemplaire d’Harry Potter and the cursed child quelques jours après sa sortie, et je dois reconnaître que j’ai été surprise par la simplicité du texte. C’était ma seconde lecture en langue étrangère et je n’ai rencontré aucun obstacle. Pour ceux qui avaient peur de ne pas comprendre le roman en langue originale, soyez sans crainte: le vocabulaire est simple, les didascalies répétitives et peu nombreuses.

L’histoire débute avec l’épilogue du dernier tome. Un rappel que j’ai malheureusement trouvé inutile et longuet. Le démarrage est assez lent et je crois que seule l’excitation de la possession d’un nouvel Harry Potter a su me faire poursuivre ma lecture. Si l’intrigue se met en place assez rapidement, j’ai trouvé les rebondissements trop peu nombreux, et surtout, peu crédibles.

Si Albus est un personnage cher à mon coeur, son opposition stricte à Harry m’a quelque peu agacée. Dès l’épilogue, Albus était annoncé comme sensiblement différent. Pour autant, je trouve que de telles disparités sont risibles, voir loufoques. J’ai beaucoup apprécié son amitié avec le fils Malfoy, et j’aurais aimé que ses sentiments évoluent pour devenir une relation amoureuse. Néanmoins, j’aurais préféré un nom un peu plus original que Scorpius pour le fils d’un dénommé Drago.

Je n’ai malheureusement retrouvé aucun des personnages tels que je les connaissais. On découvre une Hermione à l’intelligence hasardeuse, un Harry insensible et un Ronald tout bonnement lourdaud. A cette détérioration évidente de notre trio s’ajoute les apparitions fréquentes de personnages décédés que j’ai malheureusement trouvées aberrantes.

De plus, Harry Potter and The Cursed Child concentre beaucoup d’incohérences par rapport aux oeuvres originales qui décrédibilisent cette nouvelle histoire. Selon moi, la plus grosse absurdité réside dans le choix du méchant qui plus qu’une simple erreur d’incohérence, est en totale contradiction avec les enseignements du tome final de la saga.

Harry Potter and The Cursed Child, véritable fanfiction bien plus qu’une huitième histoire, aura été une réelle déception.  

« The rumor is that he’s Voldemort’s son, Albus.
A horrible, uncomfortable silence.
It’s probably rubbish. I mean… look, you’ve got a nose.  »

2 Comments

    1. Kaecilia Author

      Je pense que tes réticences sont justifiées, je ne t’inviterais donc pas à débuter cette lecture… Je ne suis pas plus convaincue par la pièce de théâtre, cependant, j’ai hâte de découvrir le film 😀

      Reply

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *