Chroniques, Coups de coeur

Tout plutôt qu’être moi – Ned Vizzini

Chronique image
tout plutôt qu'être moi imageTout plutôt qu’être moi
Ned Vizzini 
Editions La Belle Colère
Romain contemporain, Inspiré de faits réels
Dépression, Suicide, Hôpital psychiatrique
397 pages

Résumé:
Craig travaille depuis quelques années pour réussir le concours d’entrée d’une prépa d’excellence. Chaque jour, il s’entraîne plusieurs heures durant pour être le meilleur durant cette épreuve. Si le jour où il est reçu dans cette école est le plus beau de sa vie, la suite n’est qu’une lente descente aux enfers.
Car dans un environnement où la compétition est constante, la drogue omniprésente et la pression insupportable, le jeune homme ne trouve plus ses repères. Assailli par des tentacules qui l’empêchent de garder la tête hors de l’eau,  Craig s’enfonce, peu à peu, dans le terrible cercle vicieux de la dépression.
Une nuit, Craig décide d’affronter ses démons. Au lieu de se jeter du pont de Brooklyn, il téléphone à SOS Suicide et atterrit à Nord Six, le service psychiatrique de l’hôpital. Mais si ce cours séjour était inattendu, il pourrait bien lui sauver la vie.

 << – Comment vous en êtes-vous sorti ? », ai-je demandé d’un ton suppliant.
Il grimaça. 
– De la même façon que toi tu vas t’en sortir. Tout seul. 
Sérieux ? C’était quoi cette réponse ? Je l’ai regardé avec un air de reproche. J’était venu pour demander de l’aide, pas pour résoudre mon problème tout seul; sinon j’aurais profité du temps nécessaire à mon introspection pour visiter le Mexique en bus. >> 


Impressions:
Je tiens tout d’abord à débuter cette chronique en remerciant La Belle Colère pour l’envoi de Tout plutôt qu’être moi, qui se révèle être un coup de coeur. Cette première collaboration est un véritable succès et j’espère de tout coeur qu’elle est le départ de beaucoup d’autres!
Lorsque j’ai découvert ce one shot sur le compte Instagram d’une amie blogueuse, j’ai de suite été intriguée. Par la couverture d’abord, épurée, barrée d’un titre provocateur. Par le résumé ensuite, puisque c’est une problématique qui m’est proche. Je tiens donc également à remercier My Pretty Books.

Je crois que Tout plutôt qu’être moi n’aurait pu s’inscrire comme un coup de coeur si le thème sensible de celui-ci n’avait pas été abordé avec justesse. Ayant moi même souffert de dépression l’année dernière, c’est une problématique qui me touche tout particulièrement. Par conséquent, j’étais quelque peu craintive avant de débuter ma lecture puisque c’est aujourd’hui une thématique tabou et ce particulièrement dans la littérature jeunesse.

Ned Vizzini a su me réconforter, et décrire avec brio ce que j’ai pu vivre il y a quelques mois. L’écrivain est très juste, tant dans ses descriptions de l’enchaînement des pensées noires que dans les épreuves que chacun affronte face à cette maladie. Ned Vizzini a su mettre les mots sur une période de ma vie que j’avais laissée en suspens, me permettant de prendre du recul face à un problème que je suis loin d’être la seule a avoir affronté, et ce avec une grande sagesse.

Mais ce roman est très loin du pathos et du pathétique. Malgré la thématique particulièrement lourde, l’écrivain amène le rire chez le lecteur, grâce à un sarcasme et à une vivacité omniprésente. Si Ned Vizzini mentionne l’envie de mourir chez son protagoniste, le thème du roman, bien qu’implicite, n’est pas l’envie de survivre, mais bien la volonté inébranlable de vivre.
J’ai particulièrement ri lors des visites de Craig chez les différents psychologues qu’il est amené à rencontrer, car l’écrivain soulève de nombreux clichés qui se révèlent être véridiques lors de ces rencontres particulières.

Les différents protagonistes que Craig rencontrera lors de son séjour à Nord Six sont touchants, attachants même. Et si le lecteur, à l’image du personnage principal, ne comprend pas forcément les problèmes que les patients affrontent et la façon de les en détacher, Craig comme le lecteur parvient finalement à la conclusion que ce n’est pas là l’important. On ne guérit pas, on apprend à vivre avec. 

Je crois que Tout plutôt qu’être moi est bien plus qu’un coup de coeur, et qu’il s’inscrit déjà comme l’un de mes romans favoris. J’envisage déjà une relecture de cet ouvrage dans sa langue originale, dans laquelle le roman est d’ailleurs intitulé avec malice: It’s kind of a funny story.
A découvrir d’urgence! 

<< – Alors je vais rester ici jusqu’au vrai déclic?
– Je ne vous suis pas.
– Je vais rester jusqu’à ce que je sois guéri?
– On ne guérit pas de la vie, Monsieur Gilner.  » Le docteur Mahmoud se penche vers moi. « On la gère.>>

12 Comments

  1. Waouh ! Un livre sur un tel sujet, ayant moi aussi souffert de dépression, ne pourra qu’être un coup de coeur comme il l’a été pour toi. Merci pour cette si belle chronique ! Tes mots me touchent toujours particulièrement… Je suis ravie qu’il t’ai plu et dans une période comme celle que tu traverses c’est peut être le pansement adéquate à tes blessures. Tu vas apprendre à vivre avec cette nouvelle douleur, tu n’oublieras pas, mais tu retrouveras le sourire pour mieux affronter les prochains obstacles que tu auras à surmonter…
    Je t’aime fort <3
    Ton chaton.

    Reply
    1. Kaecilia Author

      Je ne t’en dis pas plus, mais tu auras sûrement l’occasion de le remporter prochainement :p
      En tout cas ton mot m’a énormément touchée, je me suis mise à pleurer. Je n’ai pas de mot pour dire à quel point tu comptes pour moi <3

      Reply

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *