Chroniques

Nous les menteurs – E.Lockhart

Chronique image
nous les menteurs imageNous les Menteurs 
E.Lockhart
2015
Gallimard Jeunesse
Drame

Résumé:
Comment trouver sa place lorsque l’on est le descendant de l’une des familles plus riches et les plus reconnues du pays? Cadence n’existe réellement qu’en compagnie de sa bande, nommée insolemment Les Menteurs.
Les Menteurs, c’est une équipe joyeuse qui se retrouve chaque été sur l’île privative de Beechwood, au large de Cap Code. Il y a bien entendu ses cousins, Mirren et Johnny mais surtout le ténébreux Gat à qui elle ne peut résister. Chaque été est un mirage, un havre de bonheur et de complicité qui les lies à jamais.
Mais alors que les vacances touchent à leur fin, la jeune fille se réveille dans l’étroitesse d’une chambre d’hôpital. Victime de violentes migraines suite à un traumatisme crânien, Cadence tente de se remémorer sa dernière nuit à Beechwood. Après deux années d’amnésie et de souffrance, la jeune fille peut enfin regagner l’île. Mais ce retour parmi les siens lui permettra t’il de comprendre l’accident qui hante ses proches?

« Pas de vagues, m’a-t-elle recommandé. Ne rappelle pas aux gens ce qu’ils ont perdu. 
– Tu comprends, Cady ? Le silence est un vernis protecteur contre la douleur. »

Impressions:
Je pense que c’est l’un des livres dont j’ai le plus entendu parler cette année sur la blogosphère et je souhaitais me laisser tenter, sans toutefois me décider à l’acheter. Lorsque ma copine Elsa m’a proposé de garder l’ouvrage quelques jours, j’ai donc sauté sur l’occasion avec beaucoup d’attentes néanmoins.

Dès les premières pages, j’ai trouvé l’écriture particulière. Les phrases sont coupés, c’est un language oral et j’avoue avoir eu un peu de mal au départ. Mais cette particularité permet une certaine fluidité du récit et participe à la création d’une histoire crédible. L’intrigue se construit comme un puzzle, ce qui a su me frustrer car le lecteur avance au rythme des découvertes de Cadence.

Si je n’ai pas eu de coup de coeur pour les protagonistes, j’ai beaucoup aimé découvrir la troupe des Menteurs à laquelle je me suis bien malgré moi attachée. Et que dire de la description des sentiments de Cadence pour Gat, qui a su me remémorer avec brio mes premiers émois de vacances…

Ce que j’ai beaucoup apprécié, c’est le côté réaliste de ce roman. Les querelles familiales à propos des finances et de l’héritage nous montre l’envers du décor de cet univers, notamment avec la manipulation affective à laquelle les enfants doivent se soumettre sous les ordres de leurs parents.

Comme de nombreux blogueurs l’on déjà vanté, le final de ce roman est imprévisible. Je savais que la fin de cette histoire était particulière et j’ai cherché tout au long de ma lecture à anticiper ce qu’il pourrait s’y produire, en vain. Mais je dois néanmoins avouer que les nombreuses chroniques positives à propos de ce livre avait placé mes attentes particulièrement haut, et les dernières pages n’ont pas su les combler totalement.

Une lecture sympathique, à découvrir au bord de l’eau!

« Il n’y a même pas de mot au Scrabble pour décrire à quel point je me sens mal. »

7 Comments

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *